Bienvenue sur le site de l'ESBF / Entente Sportive Bisontine Féminine
 
Les actualités

Enfin un débat à la hauteur !

06/05/2017 - 00:30
Bien avant la naissance des joueuses et des coaches, lors du tout premier débat télévisé présidentiel, un candidat ironisait sur son adversaire : « bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant : l’Europe, l’Europe, l’Europe ! » Les quelque 3000 spectateurs présents à cette extraordinaire soirée n’auraient pas pris cette boutade comme une moquerie, mais comme un appel à encore plus d’enthousiasme, plus de ferveur, plus de fierté pour leurs joueuses qui venaient leur offrir le plus beau des cadeaux : demi-finales et Europe. Public qui aurait pu s’emparer de la chanson :

« Je vole !

Sans fumée sans alcool, je vole,

Je vole. »

Et que dire de l’impassible Raphaëlle, submergée cette fois par l’émotion.

Chacun mettra dans son coffret à souvenirs telle ou telle image de ce match gagné 26 à 23 :

14 dames de cœur soudées vers la victoire. Le demi-tour contact d’Aïssatou, surprenant toute la défense adverse, Aïssatou désignée joueuse du match. Le premier jet de 7 m arrêté par Maria. La réussite de Marine par six fois à ce même exercice. L’excellent match d’Alice ou les arrêts réflexe de Catherine, coup de cœur des partenaires. Mais aussi la combativité des Nantaises, qui même menées de six longueurs se sont battues jusqu’au bout pour revenir. C’est un lieu commun à rappeler, mais il n’y a pas de grand match sans un bon adversaire.

Raphaëlle : « c’était un énorme match. Les filles ont été extraordinaires. Elles ont livré un combat de tous les instants. Les filles ont réussi à se lâcher : dans ce match là c’était la clé. La clé, elle était juste dans leur tête, elle n’était pas sur le handball. On savait que sur le handball, on était meilleur qu’elles.  Ce qu’on ne savait pas, c’est si cette équipe jeune et inexpérimentée allait savoir gérer cette pression. Pression qu’elles se sont mises, car la coupe d’Europe n’était pas l’objectif du club en début d’année. C’était juste l’objectif des filles.

Elles ont su tenir de la première à la dernière minute. On avait l’impression que c’était une équipe de trentenaires expérimentées.

Ce soir on a eu une défense de fer, c’est un peu notre socle. Mais on a eu aussi deux leaders offensifs, Aïssatou et Alice, on en tombe à la renverse. Les deux ont vraiment été des leaders sur ce match-là.

Je suis vraiment fier de ce que les joueuses ont fait, car on avait misé toute l’année sur ses deux matchs et elles ont su répondre présent. Vous ne vous rendez pas compte, non, non, vous ne pouvez vraiment pas vous rendre compte du niveau mental, handballistique et technique de ce qui s’est passé ce soir.

L’Europe. Quand on a pris l’équipe, c’était notre rêve à nous, Sandrine et moi. On sait que les journées européennes ont marqué les esprits. C’était notre petit rêve. On avait plutôt tablé sur du moyen terme, trois ou quatre ans. Et là, au bout de deux ans, c’est parti. Elles avancent à une vitesse grand V. Elles travaillent comme des folles, elles veulent toujours plus de travail. Elles sont maintenant récompensées. »

Et Sandrine de conclure que jusque-là les filles jouaient avec une énorme pression et qu’à partir de maintenant chaque match joué sans pression ne sera que du bonus. L’objectif est atteint, on est à présent quatrième, on est européen

Mais dès la fin du match, certaines joueuses ont avoué avoir un objectif plus ambitieux : pourquoi ne pas viser le titre de championne de France. On parie ?

En attendant, rendez-vous dans une semaine pour les demi-finales, devant les caméras de BeIn.
PROCHAIN MATCH
DERNIER RESULTAT
NOUS SUIVRE