Bienvenue sur le site de l'ESBF / Entente Sportive Bisontine Féminine
 
Les actualités

Un match au courage.

02/04/2017 - 14:26
Parfois, l’armada brestoise se présente à un match en petite forme. Et chacun, dans le Palais, d’espérer que ce soir, peut-être…

La première partie du match pouvait laisser une lueur d’espoir. La relation arrière- pivot se faisait bien (Alice, joueuse du match et Maria coup de coeur), les balles circulaient rapidement et correctement, Zazaï retrouvait son coup de poignet sur les ailes (6 – 2 à le 10ème, 10 – 7 à la 20ème ). Mais chaque but demandait une débauche d’efforts aux Bisontines, usant beaucoup d’énergie pour trouver des failles dans la défense brestoise. Comme le ressac sans cesse renouvelé contre les rochers, les attaques visiteuses érodaient peu à peu les Bisontines qui finissaient par laisser les Bretonnes prendre le large. Logiquement, le tableau d’affichage se mettait à l’unisson de cette différence de niveau. 20 - 26

A l’issue du match, Raphaëlle Tervel, passionnée et pédagogue, voulait « remettre l’église au milieu du village comme on dit dans le Haut Doubs. » :

« Je voudrais tout d’abord faire une remarque technique car apparemment certains ne comprennent pas le jeu à 7 contre 6. À un moment donné, quand on n’a pas trop de banc, et que l’on tire toujours sur les mêmes joueuses, il faut trouver des solutions pour reposer un petit peu les joueuses. Le jeu à 7 contre 6 est une des solutions pour récupérer en attaque. C’est un jeu moins énergivore, on a juste à faire des petites fixations – passes. Je ne sais pas si vous avez vu les quatre tours qui étaient en face de nous en secteur central. On s’est   épuisées à aller les chercher en un contre un, mais on ne passait pas ou peu. On a gaspillé ainsi beaucoup d’énergie pour ne pas trouver trop de solution. Le jeu à 7 permet : 1/de s’économiser et 2/de trouver au bout de deux ou trois passes une solution claire et nette à 6 mètres. Évidemment, derrière il faudrait mettre les balles au fond, ce qu’on n’a pas réussi à faire ce soir,- tir à côté ou tir sur la gardienne-. Mais au moins on avait la solution. Quels auraient été les commentaires si ces buts avaient été marqués.

Une deuxième chose : j’entends dire : « cinq défaites à la suite ». Je voudrais vous rappeler certaines choses et relativiser. Il faut regarder qui on est et se dire que peut-être c’est d’avoir tant gagné qui est étonnant. Nous sommes l’équipe parmi les plus jeunes et la plus inexpérimentée : si on compte le nombre de sélections internationales en équipe A ici ou à l’étranger, nous sommes là 11 e sur 11. Avec toutes les joueuses réunies, nous avons 112 sélections en équipe internationale, contre par exemple 719 sélections pour Brest. L’expérience est clairement située chez les autres. De plus nous avons trois cadres blessées. Je ne vous rappelle pas que nous sommes le neuvième budget de LFH.

Je remercie les filles, elles ont été énormes. Elles se sont battues jusqu’à la fin. Ce qu’on veut c’est que les filles se donnent, et, ce soir, on a eu ce qu’on voulait. On a été battues par plus fortes que nous. J’accepte de perdre contre des équipes comme celle-là.

Il nous reste de match contre Fleury* et Nice. si on gagnait ces deux matchs - et on va aller jouer à fond,- on pourrait terminer quatrième. À nous d’aller chercher ces victoires pour sourire. »


Sandrine : « Nous avons eu une chance extraordinaire de pouvoir avoir deux jokers le 15 mars, et de plus qui devaient être avec nous de l’année prochaine. On arrive à travailler avec elles beaucoup plus tôt que prévu. C’est sans doute plus facile pour Apolline qui est à l’aile, de s’intégrer. C’est moins compliqué car elle est plus dans la finition. Son apport en défense est très intéressant. Pour Aïssatou, cela fait quatre mois qu’elle ne joue pas à cause d’un problème de dos. On essaie de la faire reprendre peu à peu. Son apport en défense est très prometteur, mais c’est sûr qu’en attaque, c’est encore perfectible. Il faut plus de 15 jours pour trouver des automatismes, surtout en attaque et en montée de balle. Nous sommes très optimistes pour l’avenir. »

Le mode de la fin sera pour Aïssatou : « je voudrais remercier le staff et les bénévoles. Cela ne fait que 15 jours que je suis là et j’ai l’impression d’être là depuis toujours. »

* Le match contre Fleury se jouera l'après-midi du jour de Pâques, date parfaite pour une résurrection !
PROCHAIN MATCH
DERNIER RESULTAT
NOUS SUIVRE